Les alertes sur les composants de la cigarette électronique sont régulières et se retrouvent à la une des médias de façon alarmiste et parfois fantaisiste.
Chacun y va de sa spéculation sur leur nocivité souvent sans essayer de comprendre ce qui peut se dissimuler sous des études orientées ou des conclusions d'une science aérienne.

Mais au bout du compte, ce sont les vapoteurs qui en viennent à se demander si user de l'ecigarette n'est pas aussi dangereux que fumer.

A défaut d'explication et de recul, les articles alarmistes propagés aux quatre coins du net et des médias font leur effet sur la perception de ceux qui déjà mettent en cause les bénéfices apportés par la vape.


Dans cet article, nous allons aborder les points suivants :


  1. Le diacétyle dans les produits alimentaires
  2. Quel est l'impact du diacétyle sur la santé
  3. Diacétyle et cigarette électronique
  4. Que penser du diacétyle dans les e liquides
  5. L'évolution des produits de la cigarette électronique



Le diacétyle dans les produits alimentaires



Le diacétyle aussi connu sous l'appellation 2,3-butanedione, est un composant des arômes alimentaires, un liquide jaune entrant dans la composition des goûts crémeux et beurrés.

Il est naturellement présent à une concentration infime dans les produits laitiers, la bière, le café, le miel et les fruits.

Utilisé dans l'industrie agro-alimentaire, le diacétyle est ajouté à de nombreux produits comme le beurre, le fromage, les gâteaux, les bonbons, le chocolat, les huiles de cuisson, la margarine, les sirops, les chips, les desserts, etc

Au fil des études, les scientifiques ne parviennent pas à déterminer de quelle façon le diacétyle impacte le système respiratoire de l'homme.
Est-ce à son contact direct ou bien à l'exposition d'un mélange volatile inhalé qu'il peut conduire à une bronchiolite oblitérante ?
Rien n'est défini.


Toujours est-il qu'une alerte est lancée pour les personnels soumis à l'exposition des arômes durant la fabrication et le conditionnement des produits alimentaires.

Si le diacétyle ne semble poser aucun souci lorsqu'il est ingéré, le principe de précaution est appliqué lorsqu'il est inhalé.


Quel est l'impact du diacétyle sur la santé ?



Les études scientifiques mettent en évidence l'installation progressive d'une difficulté respiratoire se traduisant par une toux persistante, un souffle court et une respiration sifflante.

Elles pointent également le fait que les médecins ne font que rarement le lien entre l'exposition au diacétyle et la maladie décelée, traitant ainsi leurs patients pour ce qu'ils jugent être un simple asthme.

En 2000, 8 cas de maladies respiratoires irréversibles ont été rapportés par le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux Etats-Unis. Les huit personnes affectées travaillaient dans une usine de fabrication de popcorn dans le Missouri. Les huit souffraient de bronchiolite oblitérante, très vite baptisée « popcorn lung ».

Manifestement, ces employés avaient inhalé des quantités énormes d'un diacétyle sous forme de poudre. Et les scientifiques ont alors démontré que le diacétyle s'attaque aux bronchioles qui amènent l'air aux alvéoles, définition même de la bronchiolite oblitérante qui n'a pas de traitement et conduit à la greffe de poumon.

Par la suite, d'autres cas de cette même maladie ont été localisés dans diverses industries, y compris celles utilisant des arômes artificiels.

A force de procès intentés par les personnes touchées par cette maladie professionnelle, ce produit chimique a été encadré par les autorités sanitaires et le mot d'ordre fut donné de retirer le diacétyle, notamment dans la fabrication du popcorn.

En approfondissant la recherche, les scientifiques n'ont pu parvenir à une conclusion définitive sur l'incidence du diacétyle sur cette maladie respiratoire car si certains patients présentaient effectivement une bronchiolite oblitérante, d'autres échappaient à ce sinistre diagnostic.
Les troubles rapportés par quelques-uns se rapprochaient davantage de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), mélange d'emphysème et bronchite chronique, qui se développe sur le long terme, que de la bronchiolite obstructive (BO), qui, elle, est une maladie fulgurante.


Diacétyle et cigarette électronique



Le diacétyle est un thème récurrent mis en avant par les « anti-vape » pour discréditer l'impact positif de l'ecigarette sur la santé.

Néanmoins, à ce jour, aucun vapoteur dans le monde n'a développé de bronchiolite oblitérante.

Et pour aller plus loin encore, on peut aussi souligner qu'aucun fumeur dans le monde n'a jamais développé de bronchiolite oblitérante.

Pourquoi les fumeurs ?
Tout simplement parce que l'on trouve 100 fois plus de diacétyle dans la cigarette tabac que dans les produits de la cigarette électronique.


Que penser du diacétyle dans les e liquides ?



Est-ce à dire que vapoter des produits contenant du diacétyle n'est pas dangereux ?

Nous ne nous avancerons pas à l'affirmer et recommandons bien entendu d'éviter certains produits chimiques, dont le diacétyle mais aussi l'acétyl propionyl (2,3-pentanedione) qui présente les mêmes risques que son célèbre « rival » sans être exposé médiatiquement.

Néanmoins, les utilisateurs de cigarette électronique n'ont aucun mal à faire un parallèle entre les bénéfices risques potentiellement encourus avec un dispositif électronique et les risques avérés avec la fumée de cigarette.
Ils savent que vapoter est dans tous les cas moins dangereux que de fumer. Et plus que le savoir, ils le ressentent.


Doit-on pour autant écrire que la vape est totalement saine ?

Non, sauf si on s'adresse aux fumeurs, aux ex-fumeurs et aux fumeurs en devenir qui trouvent ou trouveront dans ce dispositif un moyen alternatif de ne pas s'exposer aux milliers de substances contenues dans la fumée de cigarette.

Dans cette logique, on peut alors affirmer qu'un vapoteur s'exposant au diacétyle aujourd'hui le fera 100 fois moins qu'un fumeur et préservera encore sa santé.


L'évolution des produits de la cigarette électronique

Depuis 2013, l'affaire diacétyle se répand dans les médias régulièrement, agitant ainsi le chiffon rouge de la peur pour entâcher l'e cigarette.

Mais c'est oublier l'action concertée des utilisateurs eux-mêmes qui se sont toujours battus pour ne pas introduire ou éliminer des substances potentiellement nocives dans leur eliquide.
Et le «popcorn lung» a été l'une de leurs préoccupations majeures dès qu'ils en ont été informés.

Aussi, les fabricants d'arômes destinés à la vape autant que les concepteurs de e liquides ont été très tôt sommés par eux de faire un tri scrupuleux dans les produits commercialisés.

La norme AFNOR appliquée aujourd'hui aux e liquides et mise au point en 2014-15 ne fait que survoler le sujet du diacétyle, jugé alors déjà traité.

Même le président de l'Aiduce (Association Indépendante des Utilisateurs de Cigarette Electronique) de l'époque, Brice Lepoutre, soulignait en janvier 2015 :

    Le ménage dans les e-liquides est déjà bien fait en amont. Je pense, par exemple, au diacétyle qu’on a réussi à faire enlever dans le passé.


De la même façon, les plus grands fabricants d'arômes utilisés dans les produits de la cigarette électronique ont totalement éliminé le diacétyle.

Ils ont même été plus loin en s'attaquant également à l'acétyl propionyl pour ne plus le trouver dans les arômes destinés à la conception des e liquides, qu'ils soient commerciaux ou faits maison.

Le plus bel exemple de cette démarche revient certainement au fabricant Capella Flavors qui n'a pas hésité à purger de ses composants douteux son célébrissime arôme custard.


En 2018, parler des dangers du diacétyle dans les eliquides n'a aucun sens.

Lorsqu'un e liquide est commercialisé ou lorsque les arômes utilisés dans le DIY e liquide proviennent des fabricants spécialisés dans la vape, le diacétyle n'entre plus du tout dans leur composition.



Ressources:

Quand le cdc a lié le diacétyle à la bronchiolite oblitérante

L'alerte aux industriels utilisant le diacétyle - Popcorn Lung

Le diacétyle dans le tabac

La fiche Wikipedia de l'acetyl propionyl

La réaction du Dr Farsalinos (cardiologue spécialisé dans la recherche sur la cigarette électronique)